La chirurgie de l’obésité

Chirurgie esthétique

Principes généraux

Comprendre les grands principes de la chirurgie plastique reconstructrice esthétique après chirurgie de l’obésité.

Pourquoi envisager une intervention de chirurgie plastique après chirurgie de l’obésité ?

Après une gastroplastie, un bypass gastrique ou une sleeve, il est conseillé, lors de l’amaigrissement, de pratiquer une activité sportive modérée au début, puis croissante avec la perte de poids, afin de développer progressivement la masse musculaire pour réduire le relâchement cutané.De plus, une bonne hydratation de la peau (crèmes de pharmacie non parfumées, ultra hydratantes) augmente la tonicité de la peau, et limite sa flaccidité.

 

Une partie de la peau se retend, mais souvent un relâchement cutané important persiste.

 

Ce relâchement dépend de :

  • l’importance de l’amaigrissement
  • l’ancien effet yoyo de régimes multiples
  • la qualité intrinsèque de la peau

 

La chirurgie plastique permet d’assurer un remodelage de l’ensemble de la silhouette, en retirant ces excès de peau et de graisse.

 

Les zones concernées sont plus ou moins nombreuses selon les patients, preuve que l’élasticité tissulaire varie d’un individu à l’autre. Ces zones sont le visage, le cou, les bras, la poitrine, l’abdomen, les fesses et les cuisses.

 

Les interventions de chirurgie plastique sont souvent nécessaires pour permettre au patient de récupérer la silhouette qu’il souhaite.

Des cicatrices obligatoires pour retirer les excès de peau

Des excès de peau doivent être retirés. Cela implique obligatoirement des cicatrices.Au niveau du visage, les cicatrices sont quasi invisibles, contournant l’oreille.Au niveau de la silhouette et des seins, les cicatrices sont assez étendues. Ces cicatrices sont le plus souvent parfaitement tolérées, car le bénéfice du remodelage de la silhouette et des seins est largement supérieur au préjudice de la cicatrice.

 

Des soins de cicatrices seront nécessaires en post-opératoire, à l’aide de crème et éventuellement de bandes de silicone compressives. Leur évolution se fait sur 12 à 18 mois, et avant ce terme on ne peut préjuger de leur aspect final.

 

C’est en travaillant les cicatrices, en se nourrissant convenablement, en maintenant une activité physique et surtout en régulant son poids que l’on pourra espérer un bon résultat à long terme.

Intérêt de la lipoaspiration pour les excès de graisse

La lipoaspiration ou liposuccion est un traitement complémentaire pour désépaissir une zone encore un peu trop graisseuse malgré l’amaigrissement (souvent l’abdomen et les cuisses). Elle va permettre de réduire l’épaisseur graisseuse.

 

La lipoaspiration consiste à aspirer la graisse, grâce à de longues et fines (moins de 5 mm) canules, reliées à un puissant système aspiratif. Les canules sont introduites sous la peau, soit par les incisions de la lipectomie, soit par des petites incisions, de moins d’un centimètre, qui ne seront rapidement plus visiblesLa lipoaspiration ne peut pas être le traitement exclusif des séquelles d’amaigrissement, car elle n’aura aucun effet sur la peau (au contraire, la peau sera encore plus relâchée après l’aspiration de la graisse). Il faudra donc systématiquement recourir à des interventions qui retirent les excès de peau (avec des cicatrices).

 

La lipoaspiration a un intérêt fondamental dans les techniques les plus récentes de chirurgie réparatrice de la silhouette. Elle va permettre de dégraisser les zones où la peau sera ensuite retirée, en préservant les vaisseaux lymphatiques situés à l’intérieur des tissus graisseux.

 

La préservation de cette circulation lymphatique apporte un bénéfice pour le patient en réduisant significativement les écoulements post-opératoires de lymphe, et donc en simplifiant les suites opératoires.

Plusieurs interventions chirurgicales

Quand plusieurs interventions de chirurgie réparatrice sont nécessaires, il est prudent de les étaler dans le temps. Ces interventions sont relativement longues et les risques sont augmentés si on les associe.

 

D’une manière générale, l’intervalle entre deux interventions considéré comme raisonnable au plan médical est de 3 mois.

 

En moyenne, sur une année, il est possible de réaliser le traitement de toute la silhouette et des seins.

Les consignes indispensables avant d’envisager une intervention de chirurgie esthétique après amaigrissement

Il est indispensable que le poids du patient soit stable avant d’envisager le remodelage corporel. En effet, la peau ayant perdu de son élasticité, il risquera de se produire un relâchement du résultat en cas de nouvel amaigrissement.

 

Le patient doit avoir atteint globalement son poids « idéal » à quelques kilos près… Le traitement donnera les meilleurs résultats lorsque la peau relâchée est peu chargée de graisse

 

L’arrêt du tabac depuis au moins 2 mois est nécessaire, pour éviter toute nécrose de peau, dont le préjudice esthétique serait lourd.

 

Au plan psychologique, le patient doit être stable et solide. Une évaluation a déjà été faite avant d’envisager une intervention de chirurgie bariatrique, et de ce fait, il n’est habituellement pas nécessaire d’avoir recours à un nouvel avis avant chirurgie plastique.

Les risques opératoires des interventions

Risque de l’anesthésie générale, à évaluer par le chirurgien et l’anesthésiste.

 

Risque de saignement et d’infection, communs à toutes les interventions chirurgicales.

 

Risque de phlébite et d’embolie pulmonaire.

 

Risque cicatriciel (les patients fumeurs, diabétiques, prenant de la cortisone, ou ayant déjà eu des cicatrices disgracieuses ont davantage de risque de mal cicatriser).

Les informations de cette page ont été écrite par le Docteur Yohann DERHY
Ancien Interne et Ancien Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris
Médecin spécialiste en Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

36 Avenue Hoche – 75008 PARIS – Tél. : 01 53 89 09 40
Site internet du Docteur DERHY : http://www.chirurgieesthetique-paris.fr

Dernière mise à jour le 12 septembre 2019