La chirurgie de l'obésité

Chirurgie esthétique

Principes généraux

Comprendre les grands principes de la chirurgie plastique reconstructrice esthétique après chirurgie de l’obésité.

Pourquoi envisager une intervention de chirurgie plastique après chirurgie de l’obésité ?

Après une gastroplastie, un bypass gastrique ou une sleeve, il est conseillé, lors de l’amaigrissement, de pratiquer une activité sportive modérée au début, puis croissante avec la perte de poids, afin de développer progressivement la masse musculaire pour réduire le relâchement cutané.De plus, une bonne hydratation de la peau (crèmes de pharmacie non parfumées, ultra hydratantes) augmente la tonicité de la peau, et limite sa flaccidité.

 

Une partie de la peau se retend, mais souvent un relâchement cutané important persiste.

 

Ce relâchement dépend de :

  • l’importance de l’amaigrissement
  • l’ancien effet yoyo de régimes multiples
  • la qualité intrinsèque de la peau

 

La chirurgie plastique permet d’assurer un remodelage de l’ensemble de la silhouette, en retirant ces excès de peau et de graisse.

 

Les zones concernées sont plus ou moins nombreuses selon les patients, preuve que l’élasticité tissulaire varie d’un individu à l’autre. Ces zones sont le visage, le cou, les bras, la poitrine, l’abdomen, les fesses et les cuisses.

 

Les interventions de chirurgie plastique sont souvent nécessaires pour permettre au patient de récupérer la silhouette qu’il souhaite.

Des cicatrices obligatoires pour retirer les excès de peau

Des excès de peau doivent être retirés. Cela implique obligatoirement des cicatrices.Au niveau du visage, les cicatrices sont quasi invisibles, contournant l’oreille.Au niveau de la silhouette et des seins, les cicatrices sont assez étendues. Ces cicatrices sont le plus souvent parfaitement tolérées, car le bénéfice du remodelage de la silhouette et des seins est largement supérieur au préjudice de la cicatrice.

 

Des soins de cicatrices seront nécessaires en post-opératoire, à l’aide de crème et éventuellement de bandes de silicone compressives. Leur évolution se fait sur 12 à 18 mois, et avant ce terme on ne peut préjuger de leur aspect final.

 

C’est en travaillant les cicatrices, en se nourrissant convenablement, en maintenant une activité physique et surtout en régulant son poids que l’on pourra espérer un bon résultat à long terme.

Intérêt de la lipoaspiration pour les excès de graisse

La lipoaspiration ou liposuccion est un traitement complémentaire pour désépaissir une zone encore un peu trop graisseuse malgré l’amaigrissement (souvent l’abdomen et les cuisses). Elle va permettre de réduire l’épaisseur graisseuse.

 

La lipoaspiration consiste à aspirer la graisse, grâce à de longues et fines (moins de 5 mm) canules, reliées à un puissant système aspiratif. Les canules sont introduites sous la peau, soit par les incisions de la lipectomie, soit par des petites incisions, de moins d’un centimètre, qui ne seront rapidement plus visiblesLa lipoaspiration ne peut pas être le traitement exclusif des séquelles d’amaigrissement, car elle n’aura aucun effet sur la peau (au contraire, la peau sera encore plus relâchée après l’aspiration de la graisse). Il faudra donc systématiquement recourir à des interventions qui retirent les excès de peau (avec des cicatrices).

 

La lipoaspiration a un intérêt fondamental dans les techniques les plus récentes de chirurgie réparatrice de la silhouette. Elle va permettre de dégraisser les zones où la peau sera ensuite retirée, en préservant les vaisseaux lymphatiques situés à l’intérieur des tissus graisseux.

 

La préservation de cette circulation lymphatique apporte un bénéfice pour le patient en réduisant significativement les écoulements post-opératoires de lymphe, et donc en simplifiant les suites opératoires.

Plusieurs interventions chirurgicales

Quand plusieurs interventions de chirurgie réparatrice sont nécessaires, il est prudent de les étaler dans le temps. Ces interventions sont relativement longues et les risques sont augmentés si on les associe.

 

D’une manière générale, l’intervalle entre deux interventions considéré comme raisonnable au plan médical est de 3 mois.

 

En moyenne, sur une année, il est possible de réaliser le traitement de toute la silhouette et des seins.

Les consignes indispensables avant d’envisager une intervention de chirurgie esthétique après amaigrissement

Il est indispensable que le poids du patient soit stable avant d’envisager le remodelage corporel. En effet, la peau ayant perdu de son élasticité, il risquera de se produire un relâchement du résultat en cas de nouvel amaigrissement.

 

Le patient doit avoir atteint globalement son poids « idéal » à quelques kilos près… Le traitement donnera les meilleurs résultats lorsque la peau relâchée est peu chargée de graisse

 

L’arrêt du tabac depuis au moins 2 mois est nécessaire, pour éviter toute nécrose de peau, dont le préjudice esthétique serait lourd.

 

Au plan psychologique, le patient doit être stable et solide. Une évaluation a déjà été faite avant d’envisager une intervention de chirurgie bariatrique, et de ce fait, il n’est habituellement pas nécessaire d’avoir recours à un nouvel avis avant chirurgie plastique.

Les risques opératoires des interventions

Risque de l’anesthésie générale, à évaluer par le chirurgien et l’anesthésiste.

 

Risque de saignement et d’infection, communs à toutes les interventions chirurgicales.

 

Risque de phlébite et d’embolie pulmonaire.

 

Risque cicatriciel (les patients fumeurs, diabétiques, prenant de la cortisone, ou ayant déjà eu des cicatrices disgracieuses ont davantage de risque de mal cicatriser).

Les informations de cette page ont été écrite par le Docteur Yohann DERHY
Ancien Interne et Ancien Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris
Médecin spécialiste en Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

36 Avenue Hoche – 75008 PARIS – Tél. : 01 53 89 09 40
Site internet du Docteur DERHY : http://www.chirurgieesthetique-paris.fr

Les interventions

Les différentes interventions de chirurgie plastique reconstructrice esthétique après amaigrissement majeur.

 

L’abdomen : abdominoplastie

C’est l’intervention la plus fréquente après amaigrissement massif.L’excès cutané est souvent important, pouvant aller jusqu’à réaliser un véritable tablier de peau venant recouvrir le pubis.

 

Le traitement le plus complet est l’abdominoplastie à haute tension supérieure.

 

C’est une technique sophistiquée qui repose sur plusieurs étapes clés :

  • Lipoaspiration de la partie située au-dessus du nombril pour désépaissir la future paroi abdominale
  • Resserrement des muscles grands droits
  • Ablation de toute la peau allant du pubis, jusqu’au nombril (voire quelques centimètres au-dessus)
  • Réalisation de la haute tension supérieure en fixant la profondeur de la peau aux muscles abdominaux. Cela permet de creuser au maximum la zone de l’estomac, réduire les risques de saignement et d’écoulement de lymphe, et éviter d’avoir trop de tension sur la cicatrice abdominale

abdominoplastieLa cicatrice est cachée dans le sous-vêtement, suivant la courbure de la culotte, et positionnée le plus bas possible pour être parfaitement dissimulée, notamment en maillot de bain.
Il existe également une petite cicatrice autour du nombril.

L’intervention dure 2 heures en moyenne. Elle est pratiquée sous anesthésie générale.

L’hospitalisation est en moyenne de 48 heures. Un arrêt de travail est possible durant 15 jours, en cas de prise en charge de l’intervention par la sécurité sociale.

Après l’intervention, des bas de contention doivent être portées pendant 15 jours, et des injections d’anticoagulants sont réalisées sur cette période pour réduire le risque de phlébite. Une gaine abdominale est portée pendant 1 mois et demi.

 

Les douleurs provoquées par l’intervention sont soulagées par les antalgiques.

 

C’est une intervention qui apportera une satisfaction d’autant plus grande que l’amaigrissement est important.

 

Prise en charge par la sécurité sociale :
Uniquement en cas de tablier abdominal recouvrant partiellement le pubis, après demande d’entente préalable envoyée à votre caisse de Sécurité Sociale (une photographie sera faite par votre chirurgien et jointe à la demande d’entente préalable)

 

En savoir plus sur l’abdominoplastie sur le site du Docteur DERHY

L’abdomen, les fesses, les cuisses : bodylift

Dans certains cas d’amaigrissement majeur, le relâchement tissulaire, en plus de l’abdomen, concerne également les hanches (poignées d’amour), les fesses et la face externe des cuisses.

Le traitement consistera alors à traiter toutes les zones concernées :

 

  • L’abdomen est traité par abdominoplastie
  • La face externe de cuisse est traitée par lipoaspiration, et ablation de la peau en excès
  • La fesse est retendue par ablation de la peau à sa partie supérieure. De plus, la fesse est souvent très plate du fait d’une fonte du volume graisseux. Il est alors nécessaire de lui redonner du volume. Une technique fiable est l’enfouissement d’un lambeau graisseux sous la peau de la fesse remise en tension. La réinjection de graisse autologue (lipofilling) peut également aider à améliorer l’esthétique finale de la fesse

bodylift

La cicatrice fait tout le tour de la taille, cachée dans la culotte, et passe au-dessus des fesses en arrière jusqu’au sommet du sillon interfessier.

 

Le bodylift est une intervention assez lourde, qui dure 4 à 6 heures en moyenne.

 

Elle est pratiquée sous anesthésie générale. L’hospitalisation est en moyenne de 4 jours.
Un arrêt de travail est possible durant 3 semaines, en cas de prise en charge de l’intervention par la sécurité sociale.

 

Les risques de phlébite, embolie pulmonaire et hémorragie post-opératoire sont majorés.

 

Ainsi, les indications de bodylift sont posées au cas par cas, afin de ne pas faire prendre de risques inconsidérés au patient. Il est indispensable d’avoir atteint un poids proche de la normale pour recourir à cette intervention.

 

Une nouvelle attitude thérapeutique consiste à réaliser dans un premier temps une abdominoplastie et 3 mois plus tard une remise en tension de la face externe de la cuisse et de la fesse, pour réduire les risques opératoires.

 

Prise en charge par la sécurité sociale :
Comme pour l’abdominoplastie, après demande d’entente préalable

 

En savoir plus sur le bodylift sur le site du Docteur DERHY

Les seins : lifting des seins (mastopexie) avec ou sans implants mammaires

Les seins sont souvent très relâchés après amaigrissement majeur. Il s’y associe souvent une fonte du volume glandulaire et graisseux. On parle alors de ptose mammaire.

Le traitement consiste à retirer l’excès de peau, qui est souvent important et responsable de l’aspect tombant du sein, tout en repositionnant l’aréole et le mamelon au sommet du sein.

 

Les interventions laissent toujours des cicatrices :

  • Dans les petites ptoses, elles peuvent être situées uniquement autour de l’aréole.
  • Dans les ptoses plus sévères, s’ajoute une cicatrice verticale allant jusqu’au sillon sous-mammaire et éventuellement une cicatrice horizontale dans le sillon sous-mammaire.

lifting-des-seins-mastopexie

En cas de fonte du volume mammaire, il pourra fréquemment être nécessaire d’associer un implant mammaire pour redonner du volume au sein.

 

Dans certains cas très rares, où la peau s’est très légèrement relâchée, et où seul le volume des seins s’est réduit, les seins peuvent être redessinés par un implant mammaire exclusivement.

 

Les implants mammaires sont aujourd’hui en gel de silicone.

 

L’intervention dure de 1h30 à 2h30.
Elle est pratiquée sous anesthésie générale. L’hospitalisation est en moyenne de 24 heures.

 

Les suites opératoires sont généralement peu douloureuses.
Un soutien-gorge sans armature sera porté pendant 1 mois et demi. Puis la patiente pourra reporter la lingerie qu’elle souhaite, mettant en valeur une poitrine haute et redessinée.

 

Prise en charge par la sécurité sociale :
Jamais en cas de lifting simple du sein ou d’implant mammaire. De fait, aucun arrêt de travail ne peut être délivré.

 

La prise en charge est possible uniquement en cas de réduction du volume (plus de 300 grammes retirés par sein).

 

En savoir plus sur le lifting des seins sur le site du Docteur DERHY

Les bras : lifting des bras (bracchioplastie)

lifting-des-bras-bracchioplastieLe relâchement cutané au niveau du bras est très fréquent. Il concerne typiquement la face interne du bras et se traduit par un excès de peau.

Le complexe peut être lourd pour les patients concernés qui souvent n’osent pas porter de vêtements « bras-nus ».

 

La technique chirurgicale consiste à retirer tout le long de la face interne du bras l’excès de peau et de graisse. On y associe systématiquement une lipoaspiration pour désépaissir le bras et préserver les vaisseaux lymphatiques.

 

La cicatrice finale est dissimulée tout le long de la face interne du bras, dans la gouttière bicipitale, afin d’être le moins visible possible.

 

Dans certains cas, une cicatrice courte cachée dans l’aisselle est pratiquée, pour les excès de peau peu importants.

 

C’est une intervention qui dure 1 heure 30. Elle est pratiquée sous anesthésie générale. L’hospitalisation est en moyenne de 24 heures.
Un arrêt de travail est possible durant 2 semaines, en cas de prise en charge de l’intervention par la sécurité sociale.

 

La douleur est modérée, bien soulagée par les antalgiques classiques.

 

Un vêtement compressif sera porté pendant 1 mois et demi en post-opératoire.

 

Prise en charge par la sécurité sociale :
Possible après amaigrissement majeur

Les cuisses : Lifting des cuisses

lifting-des-cuissesDe la même façon qu’au niveau des bras, la peau de la face interne des cuisses se relâche souvent, créant un aspect de plis et de vagues plus ou moins sévères et inesthétiques.

Dans les formes modérées où l’excès de peau est fait de quelques plis situés haut vers l’aine, une cicatrice cachée dans le pli de l’aine pourra suffire.

 

Dans les pertes de poids majeures, souvent l’excès de peau s’étend tout le long de la cuisse, jusqu’au genou. Il est alors nécessaire de retirer de la peau sur toute la longueur de la face interne de cuisse, ce qui nécessite en plus de la cicatrice de l’aine, d’ajouter une cicatrice verticale le long de la face interne de cuisse.

 

L’intervention dure 1h30 à 3h. Elle est pratiquée sous anesthésie générale.
L’hospitalisation est en moyenne de 24 heures. Un arrêt de travail est possible durant 2 à 3 semaines, en cas de prise en charge de l’intervention par la sécurité sociale.

 

Les douleurs provoquées par l’intervention sont soulagées par les antalgiques.

 

Les difficultés de cicatrisation au niveau de l’aine sont assez courantes du fait de la macération.

 

Il est indispensable de porter un panty compressif pendant 1 mois et demi.

 

Les risques de phlébite sont majorés, et il est nécessaire pour les réduire de marcher dès le lendemain de l’intervention, porter des bas de contention, et faire des injections d’anticoagulants pendant 2-3 semaines.

 

Prise en charge par la sécurité sociale :
Possible après amaigrissement majeur

Le visage et le cou : lifting cervico-facial

lifting-cervico-facialL’aspect caractéristique est l’apparition de bajoues interrompant l’ovale du visage, et de fanons au niveau du cou (cordes de peau qui se tendent au niveau du cou).

L’intervention consiste à réaliser un lifting cervico-facial.

 

Les incisions sont discrètes, placées devant et derrière les oreilles, et s’étendent dans les cheveux au-dessus et derrière l’oreille.

 

L’excès de peau au niveau du cou et du visage est retiré, ce qui permet de redessiner un ovale du visage harmonieux et de « redraper » la peau du cou.

 

Les cicatrices sont quasi-invisibles.

 

L’intervention dure 2h30 sous anesthésie générale le plus souvent.
L’hospitalisation est en moyenne de 24 heures.

 

Les suites opératoires sont généralement simples, nécessitant dans pansements sur le visage pendant 10 à 15 jours.

 

Prise en charge par la sécurité sociale :
Jamais. De fait, aucun arrêt de travail n’est prescrit.

Les informations de cette page ont été écrite par le Docteur Yohann DERHY
Ancien Interne et Ancien Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris
Médecin spécialiste en Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

 

36 Avenue Hoche – 75008 PARIS – Tél. : 01 53 89 09 40
Site internet du Docteur DERHY : http://www.chirurgieesthetique-paris.fr

Dernière mise à jour le 4 octobre 2015